top of page

Interview d'A. Bilheran dans Neo santé de Juin 2023

Dernière mise à jour : 30 août 2023



"Une civilisation digne de ce nom doit regarder ses monstres en face."


"Les mythes et leurs archétypes nous enseignent l’art de prendre soin du fil d’Ariane de notre destinée, fragilisé par le fracas planétaire. C’est ce fil-là qu’Ariane Bilheran tisse habilement dans son nouvel ouvrage Vaincre ses monstres intérieurs(1). Avec son brio habituel, qui entremêle philosophie, psychologie et vision acérée de la société, cette normalienne, docteur en psychopathologie, met en lumière la part d’ombre qui nous hante. Dans le labyrinthe de l’existence, chacun est invité à accomplir ses travaux d’Hercule, à combattre ses propres démons, dont les ombres se projettent sur la toile déchirée du monde. D’une profonde originalité, cet ouvrage initiatique explore le psychisme humain en écho aux récits phares de la mythologie grecque. Ces légendes symboliques mettent en relief des difficultés et des moments de vie auxquels nous sommes tous confrontés. Chaque histoire, ici finement décryptée, offre un enseignement qui débouche sur une mise en pratique concrète au quotidien. Une boussole précieuse pour notre odyssée terrestre.


L’état actuel du monde est-il le reflet de nos monstres intérieurs ? Indubitablement ! En particulier tous les monstres que l’on ne veut pas voir et que l’on projette à l’extérieur de soi, en accusant systématiquement l’autre de ses propres problématiques et turpitudes. Par essence, une société est composée d’individus : il y a donc une influence de la société sur les individus, et vice versa. Il est très (elle insiste) important de ne pas s’exonérer de ce travail à faire sur ses parts d’ombre et ses propres endroits de division intérieure. Le diable en grec ancien, διάβολος/diábolos, vient du verbe « diviser » : c’est celui qui désunit. Ce n’est donc pas un petit bonhomme avec des cornes, il s’agit de la puissance de division, qui nous divise nous-mêmes. C’est de ça dont parlent les monstres."






506 vues0 commentaire
bottom of page