top of page

Le Marathon de l’Amour

Dernière mise à jour : 29 août 2023

Et si on parlait d'amour ! Le Marathon de l'Amour, c'est : un documentaire de rencontres et d'aventures entre Angers et Davos + 1 marathon par jour pendant 30 jours, soit 1 260 km + 100 interviews, les vôtres !


Un projet, une performance, un cheminement de Antoine Vernier, qui débute le 30 juillet 2022, et dont Ariane Bilheran est honorée d'être la marraine.


Le projet

Samedi 30 juillet 2022, Antoine Vernier va partir des Ponts de Cé près d'Angers où il vit sur un terrain en zone naturelle sans réseau d'eau et d'électricité, pour rejoindre Davos, la capitale de la mondialisation, en courant un marathon par jour.


Pour lui, la peur en nous joue un très grand rôle dans les crises d'aujourd'hui.

Il espère dans cette aventure rencontrer ceux qui croient que l'amour est le plus grand remède.


Là où l'amour règne, il n'y a pas volonté de puissance et là où domine la puissance, manque l'amour. L'un est l'ombre de l'autre.

Carl Gustav Jung


Accompagné d'une équipe technique, il va réaliser un reportage sur cette aventure, sur ces rencontres, sur cette intelligence collective afin d'espérer que nous puissions davantage mettre cette recherche de l'amour dans notre quotidien en lieu et place des peurs.


• Qu'est-ce que l'amour ?

• En quoi peut-il aider à un monde meilleur pour soi, pour nous tous ?

• Comment chacun fait pour le rencontrer ?


La genèse du projet par Antoine Vernier

Sa description :

"Sociologue de formation, devenu fonctionnaire d’État, j'ai été expert du gaspillage alimentaire pour l'ADEME [Agence de l'Énergie] durant 10 ans. Mais en 2017, j'ai été amené à regarder profondément à l'intérieur de moi, victime d'une grave dépression. Mon explication : j'étais très impliqué dans les grands enjeux du service public et notamment la destruction en cours du vivant par notre modèle de civilisation.

J'ai connu à ce moment là de ma vie un amour très fort qui m'a conduit au meilleur de moi-même, ce qui ne m'a plus rendu compatible avec mon milieu professionnel, parce que je posais les questions pertinentes marquant les contradictions de l’État et de ses institutions. M'amenant à me demander pourquoi il ne parvenait pas à résoudre les grands enjeux publics (environnement, justice sociale, emploi, éducation) alors que nous l'avons vu lors de la crise de l'Euro et plus récemment avec le COVID, la puissance publique peut être totale pour atteindre ses objectifs. La question de la corruption de l'autorité publique s'est alors imposée. J'entends par corruption le simple fait de servir des intérêts privés davantage que l'intérêt général. Dès lors, quel sens y-a-t-il à obéir en tant que fonctionnaire à cette autorité ?

Les causes principales qui expliquent que nous soyons arrivés à cette situation d'inégalités entre les individus et de destruction de notre milieu sont très nombreuses, complexes et intriquées. On peut citer la nature humaine, l'histoire, la géopolitique, les rapports de pouvoirs, les différents acteurs (médias, politiques, grandes firmes internationales), les lois physiques, l'ignorance, la science, etc.


Aujourd'hui, il me semble que l'on peut résumer de manière beaucoup plus simple, avec cet intérêt d'un raisonnement permettant d'obtenir une immédiate grille de lecture pour savoir si je vais - nous allons -, par nos actes, améliorer ou dégrader le devenir :

Quelle est l'énergie qui pousse chacun à agir, instant après instant ? Est-ce l'amour ou la peur ? Comment le savoir puisque bien souvent tout cela est inconscient et les peurs si naturelles ? Comment choisir peu à peu davantage l'amour ?


Il m'a semblé que participer à essayer de montrer le caractère politique majeur de cette question était un levier très riche pour remettre l'essentiel dans nos vies personnelles et dans la vie collective dont nous dépendons tous.

L'actualité regorge de nouvelles inquiétantes, générant la peur. Est-ce que si nous parlions davantage d'amour, nous n'arriverions pas davantage à en faire une énergie de changement au service de la vie ?

Comment cela peut raisonner dans le quotidien de chacun ?

Si simplement écouter d'autres qui essaient nous aidait à évoluer nous aussi ?"


Le parcours

Ce parcours est indicatif et susceptible de modifications qui seront données quotidiennement via les différents réseaux sociaux. Les raisons de ces changements pourront être liées à des erreurs de parcours, des choix d'itinéraires plus agréables, le respect des 42 km quotidiens, des opportunités de rencontres, etc.

C'est la raison pour laquelle, une marge confortable est prévue dans le parcours initial (24 étapes contre 30 probables in fine).


  1. Les Ponts de Cé [Département du Maine-et-Loire en région Pays de la Loire]

  2. La Lande-Chasles

  3. Neuillé Pont Pierre

  4. Herbault

  5. Dhuizon

  6. Isdes

  7. Gien

  8. Mézilles

  9. Auxerre

  10. Tonnerre

  11. Marcenay

  12. Dancevoir

  13. Langres

  14. Melin

  15. Calmoutier

  16. Belfort

  17. Altkirch

  18. Bâle

  19. Effinger

  20. Zurich

  21. Rapperswill-Jona

  22. Walenstadt

  23. Schiers

  24. Davos [Alpes suisses, canton des Grisons]


Le déroulé d'une journée

Les 42 km seront courus chaque jour avec un départ à 6h du matin, compte tenu de la chaleur probable. Le lieu et heure précis de départ seront donnés la veille sur les réseaux sociaux dédiés au projet.

Tout le monde peut venir participer à cette course. Dans la mesure du possible, elle sera courue à 10 km/h, soit en 4h20. Il est possible d'accompagner sur tout ou partie et avec le moyen de locomotion qui vous convient.

PS : Sur les pauses, Antoine Vernier propose aussi la mathématique de l'imperfection comme vecteur de l'alchimie de la vie et opportunité de savourer l'attente ou le café !


L'après-midi sera consacrée à trouver le lieu pour dormir, manger et recharger les appareils nécessaires à la réalisation des interviews.

Les interviews seront réalisées tout au long de la journée. Soit spontanément, soit en prenant contact avec Antoine ou sur les réseaux sociaux. Il est possible aussi d'envoyer une interview réalisée soi-même via le mail contact. Pour cela, choisir le format : 3 min, mode paysage en prenant soin d'un décor le plus beau possible.



Participez au documentaire "Et si on parlait d'amour !"

Filmez et envoyez votre vidéo de 3 min


Si cela vous dit d'apparaître dans le documentaire en envoyant votre participation à Antoine, voici comment faire :

  • Trouvez l'endroit que vous trouvez beau, essayez de sentir cette beauté en vous-même. Les images sont le premier vecteur du message du documentaire.

  • Puis filmez 3 min (mode horizontal) en partant de ces questions :

    • Qu'est-ce que l'amour pour vous ?

    • Selon vous, en quoi peut-il aider à un monde meilleur pour tous, pour vous ?

    • Comment faites-vous au quotidien pour le ressentir et pour identifier vos peurs et tenter de les apaiser ?

Concrètement, et à titre d'exemple, cela peut donner :

  • Pour moi, l'amour, c'est... (Votre définition)

  • Il peut changer le monde et il change le mien parce que... (Son effet)

  • Pour davantage le ressentir dans ma vie, je... (Ce que vous faites pour mieux le vivre et lutter contre vos peurs)


Attention à la qualité du son !


Votre envoi vaudra accord de votre part d'utilisation de votre image dans le cadre de cet événement documentaire. Vous recevrez en avant-première le documentaire et serez invités lors de sa projection.



Participer techniquement à la réalisation de l'aventure et du documentaire « Et si on parlait d'amour ? »


Recherche 2 personnes (30 juillet au 2 septembre)

  • Logistique conduite voiture et gestion matériel et cartes

  • Prises de vues et gestion des fichiers vidéos

Prise en main du camion (trafic utilitaire 3 places), de la caméra et quelques petits aspects logistiques, pour accompagner Antoine dans cette aventure et participer à la réalisation des interviews. Que ce soit pour quelques jours ou plus, n'hésitez pas à contacter Antoine pour échanger : 06 86 35 20 91 - antoine.vernier02@gmail.com


L’amour chasse la peur, mais réciproquement la peur chasse l’amour. Et non seulement l’amour. La peur chasse aussi l’intelligence , chasse la bonté, chasse toute idée de beauté et de vérité. (…) Car, en fin de compte, la peur chasse même l’humanité de l’homme. Et la peur, mes bons amis, la peur est la base et le fondement de la vie moderne. La peur de la technologie tant prônée, qui, si elle élève notre niveau de vie, accroît la probabilité de mort violente. La peur de la science, qui enlève d’une main plus encore qu’elle ne donne avec telle profusion de l’autre. La peur des institutions dont le caractère mortel est démontrable et pour lesquelles dans notre loyalisme suicidaire, nous sommes prêts à tuer et à mourir. La peur des Grands Hommes que, par acclamation populaire, nous avons élevés à un pouvoir qu’ils utilisent, inévitablement, pour nous assassiner et nous réduire en esclavage. La peur de la Guerre dont nous ne voulons pas et que nous faisons cependant tout notre possible pour déclencher.

Aldous Huxley, Temps futur, 1948.



Informations pratiques


Pour contacter et/ou suivre Antoine Vernier :



1 764 vues0 commentaire
bottom of page