Les vœux 2021 d'Ariane Bilheran

Chers tous,

En ce début d’année 2021, dans un monde étreint par une globale tourmente, je souhaite vous adresser mes vœux, nous adresser mes vœux.

Puissions-nous élever nos esprits, nos cœurs et nos corps, pour retrouver notre souveraineté inaliénable d’être humain, l'ardeur de nos idéaux, le sens profond et inaltérable de nos existences.

Puissions-nous défendre l’humanité en nous d’abord, en apaisant nos zones d’ombre et nos peurs, pour retrouver le courage d’aimer, d’être, de faire régner nos droits humains sacrés et de protéger le vivant autour de nous.

Puissions-nous porter l’espoir comme un flambeau qui ne s’éteindra jamais, même après expulsion de tous les maux de la boîte de Pandore.

Et parce que je l’ai reçu en hommage, je vous partage avec émotion depuis l’Amérique du Sud ce message de résistance du 04 mai 1969, à Punta de Vacas en Argentine.

La dictature militaire avait interdit toute réunion publique dans les villes.

Les personnes se donnèrent rendez-vous dans un endroit isolé, Punta de Vacas, à la frontière du Chili et de l'Argentine.

A l'aube, les autorités en contrôlaient les voies d'accès, mitrailleuses, hommes armés, fourgons militaires.

Pour passer, il fallait montrer ses papiers et fournir des renseignements personnels, ce qui créa quelques frictions entre les militaires et la presse internationale.

Dans un paysage magnifique de monts enneigés, le philosophe Silo (Mario Rodriguez Cobos), dont l’anniversaire de naissance est aujourd’hui même, le 06 janvier (1938), s'adressa à un auditoire de deux cents personnes.

La journée était froide et ensoleillée. Aux environs de midi, tout était fini.

Que 2021 nous renforce sans relâche ni répit dans notre responsabilité, par le souvenir obstiné de ce que rien d'humain ne peut nous être étranger.


Meilleurs vœux pour 2021. Merci à tous.

Ariane Bilheran, normalienne, docteur en psychopathologie




« La vie n’est courte que par le mauvais usage qu’on en fait. »

(Sénèque)


« Tâchez d’aimer vos semblables activement et sans relâche.

A mesure de vos progrès dans l’amour, vous vous convaincrez aussi de l’existence de Dieu et de l’immortalité de votre âme.

Et si vous allez jusqu’à l’oubli total de vous-même dans l’amour du prochain, alors vous croirez à coup sûr et aucun doute ne pourra pénétrer dans votre âme. »

(Dostoïevski, Les Frères Karamazov)

  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn Social Icône

Copyright © 2020 Ariane Bilheran, tous droits réservés. Voir les mentions légales