top of page

Note de lecture sur "L'Internationale nazie"

Dernière mise à jour : 1 mars 2023

Critique du livre par Ceri: lien source


"C'est un des sujets dont on a beaucoup parlé ici : le recyclage des nazis dans les structures d'après-guerre. Ariane Bilheran y consacre un essai: L'Internationale nazie, qui présente la situation de manière à la fois synthétique et pédagogique.



Un petit pavé dans la mare : c'est ainsi qu'on pourrait qualifier ce livre d'une centaine de pages à peine. Pour ceux qui suivent ce blog, il confirme la logique derrière la permanence dans les structures de pouvoir d'une idéologie fasciste, eugéniste, qui s'est incarnée dans le nazisme comme elle semble s'incarner dans le covidisme, par exemple, ou dans le soutien aux néo-nazis dans la guerre en Ukraine, pour ne prendre que des exemples récents.


En Amérique latine non plus, tout cela n'est pas un scoop tant les populations ont subi et subissent encore cette caste bourgeoise fascisante européenne arrivée en masse dès 1944.


Mais pour la communauté "intellectuelle" en France, ce n'est pas un scoop: c'est inaudible. Si en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie, des historiens et journalistes ont pu expliquer dans une certaine mesure en quoi les nazis n'avaient pas du tout été terrassés mais bien réintégrés dans les nouvelles structures, en France il s'agit d'un tabou absolu.


Dans L'internationale nazie, Ariane Bilheran souligne la persistance des banquiers et industriels nazis, l'utilisation du trésor de guerre placé notamment en Suisse pour financer de nouvelles entreprises transnationales.


Davos est une des structures qui permettent à l'idéologie eugéniste -aujourd'hui teintée de transhumanisme, évidemment- de perdurer et se déployer sur le plan opérationnel. Davos, comme le Bilderberg il y a peu, sert à coordonner les mondes de la politique et du business derrière des objectifs qui, si l'on écoute le sbire de Schwab Yuval Noah Hariri, n'augurent rien de bon pour l'espèce humaine.


Ce "nouvel ordre mondial" invoqué par nos représentants soi-disant élus et par tant d'illuminés n'est rien d'autre que cette société supra nationale, pyramidale, destinée à créer le surhomme tout en écrasant les autres, considérés comme quantité négligeable.


Les eugénistes du XIXe siècle étaient des capitalistes. Logiquement, quand vint l'ère des nazis ces capitalistes ont financé les nazis. Et les mêmes ont créé l'Union Européenne, l'ONU et donc l'OMS, l'éducation sexuelle, le traçage des population, la pharmacopée chimique et autres joyeusetés. Les mêmes nous parlent de démocratie et de libertés à coups d'ONG bidons tout en finançant les guerres, en truquant les élections, en préparant leur "nouvel ordre mondial".


Bref : un livre à faire circuler. Il est de salut public d'arrêter de se voiler la face sur cette histoire de nazis puisqu'ils sont là, ils appliquent leur programme et refuser de comprendre leur idéologie et leur histoire empêchera de trouver les bonnes solutions."


Livre disponible ici et dans les librairies francophones.



614 vues0 commentaire
bottom of page